TEA TIME

Interview auteur indé : Aline et sa découverte de l’écriture érotique

Nouvelle semaine = nouvel auteur !!!

Aujourd’hui, je vous présente Aline Inacio que je remercie d’avoir répondu à mes questions 🙂

Bonjour Aline pourrais-tu te présenter toi et tes romans s’il te plaît 🙂

Je m’appelle Aline Inacio, je suis née le 11 novembre 1974 à Meaux (77), j’ai donc 42 ans. À quelques intermèdes près, j’ai vécu jusqu’à mes 18 ans en Seine-et-Marne. Une fois mon bac en poche je suis descendue dans le sud de la France pour y faire des études de droits et y suis restée. Je rêvais de devenir juge d’instruction mais j’ai finalement fait tout autre chose après ma maîtrise de droit privé.

La lecture est entrée assez tôt dans ma vie, une vraie passion qui ne m’a toujours pas quittée. L’amour des mots, des belles formules, des belles écritures ont certainement joué dans ma capacité d’écrire. Pour ce qui est de ma volonté de le faire en revanche, c’est une professeure de français au collège qui en est à l’origine. J’avais 13 ans lorsqu’elle m’a dit que je devais me lancer parce que selon elle j’étais douée. J’ai tenté une fois à cet âge-là, puis une autre fois à 20 ans mais c’est la troisième fois qui a été la bonne. Arrivée à 40 ans je me suis dit qu’il était temps d’aller jusqu’au bout pour ne pas regretter un jour. Voilà comment un peu plus d’un an plus tard je publiais ma romance pour adultes Kissmee, qualifiée ainsi en raison de quelques scènes érotiques.

unnamed

Comment t’es venue cette idée de roman ?

J’ai presque envie de répondre aucune idée parce que c’est un peu ça. Quand j’ai décidé d’écrire et que cette fois je ne reculerais pas, je ne savais absolument pas sur quoi pourrait se porter mon récit. J’ai d’ailleurs eu un sérieux doute sur ma capacité à imaginer une histoire alors que depuis bien longtemps et au regard de mes différents postes, j’étais dans le truc très sérieux, rigide, réglementé, bref tout le contraire du laisser-aller mon imaginaire.

Moi qui suis fan de polars, je me voyais plutôt écrire un roman de ce genre et bien non. Le chapeau magique a dit « tu écriras une histoire d’amour ». Qui ça moi ? Pffft n’importe quoi ! Euh ben non et à l’instar de Kissmee, tout a commencé par un personnage, celui d’Antonia, une femme plutôt solitaire, qui aime à parler sans filtres, qui ne s’occupe pas trop du qu’en-dira-t-on, en gros une femme qui me ressemble sur pas mal de points (pas tous hein mais je ne dirai pas lesquels il faudra deviner). Bref, cette héroïne s’est matérialisée petit à petit. Ensuite est arrivé le décor (un village en plein été), puis le second personnage, Maxence, l’adolescent et enfin Thomas, son père.

Comment s’est déroulé le processus d’écriture ? (motivation, plan, organisation … ?)

La première phase a été celle du laisser-faire et c’était super agréable. Partout où j’étais, j’étais ailleurs. J’évitais de me laisser aller au boulot mais en dehors mon esprit plongeait dans ce qui allait devenir Kissmee, dans le bus, en marchant, en mangeant, en dormant et même avec mes amis (et oui parfois je décrochais totalement de la conversation). Il faut croire que mon esprit bridé pendant des années n’attendait qu’un feu vert de ma part pour s’en donner à cœur joie. Personnages secondaires, détails des lieux, atmosphère, la façon dont les uns et les autres pourraient se rencontrer, comment ils allaient s’apprécier ou pas, leurs passés, leurs rêves, leurs désirs, etc, tout y est passé.

Question motivation j’étais à fond, aucun obstacle. Quand tout a été à peu près carré dans ma tête avec quelques prises de notes de temps en temps, il a fallu vraiment poser le tout sur le papier et voir ce que tous ces personnages et leurs désirs pourraient donner en les conjuguant. La phase maquettage a alors commencé. Elle a été très rapide. J’en ai été la première étonnée mais en même temps toute la matière était là alors y avait plus qu’à.

À ce stade, je n’avais cependant pas la fin. J’hésitais entre le happy end et les mouchoirs. Par ailleurs, il n’était pas encore question d’érotisme.

Ma maquette prête, ce que je pensais être le plus difficile est arrivé. La phase d’écriture. J’ai bloqué un temps fou sur la première phrase et par extension le premier paragraphe. Une vraie galère. J’ai finalement décidé de poursuivre même si je n’étais pas satisfaite du début et j’ai bien fait parce que sinon je crois que j’y serais encore. Bien entendu je suis revenue dessus par la suite mais il était impérieux que cette étape soit dépassée. La première phrase est vraiment la plus dure à trouver.

Je n’ai pas considéré ma maquette comme quelque chose de gravé dans le marbre, j’ai conservé une totale liberté pour aménager l’histoire et c’est ainsi que d’une vingtaine de chapitres je suis passée à 31. Au fur et à mesure de ma phase d’écriture je l’ai faite évoluer. En fait, j’ai totalement laissé les personnages s’exprimer, me murmurer à l’oreille. Ce sont ainsi eux qui ont amené les scènes de sexe, de façon si naturelle que je n’ai pu que les accepter. Si je n’avais jamais imaginé que moi qui ai lu très peu de romances j’allais en écrire une, il était totalement inenvisageable que je mette les pieds dans le récit érotique et pourtant.

En termes de cadence d’écriture, l’avancée s’est faite à raison d’un chapitre par jour. La majeure partie a été écrite pendant mes congés en juillet 2016. Certains jours, j’avais l’impression que rien ne viendrait et puis en m’asseyant devant l’ordinateur après quelques minutes de replongée dans le monde de mes trois personnages, l’inspiration venait sans difficulté.

Le roman fini, le dernier point posé, la sensation est incroyable. Le bonheur d’être enfin arrivé au bout mêlé à la peine de quitter Antonia, Maxence, Thomas et les autres. L’impression qu’ils allaient à présent vivre leur vie sans moi. J’ai imaginé comment serait la suite pour eux. Je n’en faisais malheureusement plus partie. Ils avaient cessé de me chuchoter à l’oreille.

Après cela commence le côté rébarbatif du travail d’écrivain, la relecture. J’ai eu peur d’être déçue par ce que j’avais écrit mais j’ai été assez vite rassurée et même étonnée du résultat. C’était pas si mal après tout 🙂 Bon soyons claire quand même, j’ai revu beaucoup de passages pour les alléger voire les couper totalement. J’ai reformulé des phrases, bien entendu corrigé des fautes. Mais une relecture ne suffit pas. Il en faut plusieurs autres et ça c’est vraiment vraiment pas agréable à faire. Au bout d’un moment, je ne voyais même plus les fautes. Alors un conseil, prenez votre temps sur cette phase ô combien importante. Il vaut mieux laisser reposer son manuscrit quelques jours, voire  semaines pour le relire avec un œil neuf et efficace.

Ensuite, j’ai cherché un titre. Non pas que je n’y avais pas pensé avant, mais rien ne m’était venu. Là, il fallait absolument trouver quelque chose. Pas simple. Idem pour la photo de couverture. Je me suis d’ailleurs plantée sur ce point dans mon choix initial. Erreur réparée depuis mais c’est dommage.

Enfin, transmission à jepubliemonlivre.chapitre.com, en ce qui me concerne, et en une semaine mon roman était accessible sur chapitre.com bien entendu mais aussi amazon et la fnac. Et là on se lance dans l’inconnu. Flippant et excitant. Je suis cependant vite tombée de mon nuage. Un livre, auto édité a fortiori, ne se vendra pas si on ne se bouge pas et c’est loin d’être simple quand on est novice comme moi. Heureusement, l’auto édition ce sont aussi de belles rencontres. Sur twitter, la blogueuse et auteure également auto éditée S. N. Lemoing a été de très bon conseil.


Quels sont tes futurs projets ?

Je travaille sur une nouvelle romance. Et oui encore. Probablement aussi un peu érotique mais ce seront là aussi les personnages qui me guideront je suppose. Comme pour Kissmee tout est partie d’une femme. Elle me ressemble un peu moins cette fois en tout cas elle sera plus jeune et elle a un passé particulier, certes moi aussi mais pas à ce point-là:-)). Cette héroïne a commencé à prendre forme alors que j’écrivais Kissmee. Il a fallu alors que je refrène mon imaginaire pour éviter que mes personnages ne viennent se percuter à elle et qu’au final je m’embrouille les pinceaux.

J’ai commencé le maquettage qui me prend un peu plus de temps parce que cette romance nécessite de ma part quelques recherches notamment pour le décor. Cette fois j’ai envie d’emmener le lecteur dans la Ville de New York et ses alentours. Et puis j’attache beaucoup d’importance à la cohérence et au réalisme des faits alors je ne veux rien négliger dans ce roman qui sera plus complexe je pense que le précédent.

Par ailleurs, l’héroïne qui devrait s’appeler Sara est une femme d’action alors il y en aura.

J’aimerai pouvoir le publier en fin d’année. Je me fixe cet objectif pour me cadrer un peu et on verra si je tiens la cadence.

Un dernier mot ? Des conseils pour écrire ?

Je ne sais pas si Kissmee va avoir du succès, s’il va plaire un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou s’il va ne serait-ce qu’être acheté par plus d’une personne, mais je préfère vivre avec un échec qu’avec des regrets. Quel que soit le résultat de cette expérience incroyable, je pourrai me dire « je l’ai fait ». Il n’y a en effet rien de pire que de regarder en arrière un jour et se demander : «  mais si j’avais osé que ce serait-il passé ? ».

Alors si j’ai un conseil à donner c’est osez, lancez-vous. Vous n’avez rien à perdre et tout à gagner. 

Vous pouvez retrouver Anais sur les différents réseaux :
Son livre sera bientôt disponible sur
Merci encore à Aline et je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour une autre interview, une autre rencontre 🙂
Publicités

Une réflexion au sujet de « Interview auteur indé : Aline et sa découverte de l’écriture érotique »

  1. Toujours un plaisir de lire ces interviews et de découvrir de nouveaux talents. En phase de relecture moi même ce n’est en effet pas le plus simple, mais cela fait partie intégrante du jeu!
    Oser – oui à 100%.
    Toujours.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s