TEA TIME

La montée en puissance des romances adultes

La romance adulte dite « érotique » parlons-en. Pourquoi l’on n’en parlerait pas ? Le sujet n’est plus tabou. Surtout depuis mai 2011 mois de sortie de « 50 nuances de Grey » de E.L James. C’est là que tout a commencé.

On a été littéralement « décoincé » par ce genre littéraire. Le « on » n’englobe pas tout le monde. Je vais parler pour moi car chacun à son propre avis sur la question.

50 nuances de Grey, c’est le roman best-seller qui a fait tourner en bourrique les femmes. Un roman critiqué par son genre érotique pouvant aller jusqu’au « brutal » avec des mots crûs. L’on apprend véritablement à travers ce roman ce que le mot « sadomasochisme » veut dire. Il a été très apprécié dans la gente féminine réveillant la libido de plus d’une.

Pourquoi je vous en parle ? Car c’est ce qui a boosté les femmes à lire ce genre littéraire.
Avant la sortie de « 50 nuances de Grey », je me serais jamais permise de lire des romans adultes. Je me disais qu’au final il n’allait pas y avoir de véritable histoire, que ça allait tourner autour du pot et je catégorisais les lectrices de ces romans « des filles en manque » même si elles ne l’étaient pas spécialement (oula j’étais vraiment fermé sur cela auparavant !).

Donc oui j’avais un avis très négatif sur la question. Un avis qui a changé en 2012 lorsque j’ai lu ce roman. Je l’ai lu pourquoi ? Parce que tout le monde autour de moi en parlait et que le buzz était énorme ! Peut-être en fait avais-je honte de lire ce genre là … Enfin bref. Ok je n’ai pas fini la série à cause de ces scènes à répétitions. Et puis, de lire le tome 2 m’a préparé à la fin donc j’ai laissé tomber. Mais n’empêche que le tome 1, je l’ai dévoré.

Aujourd’hui, j’ouvre les bras à des romans similaires mais tout en essayant de trouver l’histoire différente que celle que j’ai lu. Je ne veux pas encore tomber sous le cliché de « la fille qui trouve un bel homme connu, charismatique et mystérieux qui lui fait des choses cochonnes et bien sûr qu’ils tombent amoureux ». C’est le cas de Beautiful Bastard, Driven etc …

After fait partie de ce genre et il a été comparé à 50 nuances de Grey. Ce qui me plaît c’est que l’auteur ne force pas sur des scènes érotiques à tout va. Elle se limite pour laisser place à une véritable histoire de personnalité des protagonistes.

Les maisons d’éditions se sont arrachés ce genre littéraire courant 2012 jusqu’à aujourd’hui après cette explosion dans les librairies du monde entier. Les femmes se sont lâchés alors les maisons d’éditions mettent le paquet. Aujourd’hui, elles se sentent plus libre de lire des romances adultes et même d’en parler ouvertement. Le sujet n’est plus tabou car la sexualité nous l’exprimons davantage de nos jours. C’est ce que je ressens lorsque les femmes en parlent autour de moi.

J’avoue pour ma part, je rêvais de rentrer dans l’intimité de mes protagonistes préféré. Mais je n’avais pas osé aller vers ce genre littéraire par crainte d’avoir que des scènes érotiques. Gros changement il y a eu pour ma part ! Et vous qu’en pensez-vous ?

Publicités

10 réflexions au sujet de « La montée en puissance des romances adultes »

  1. La romance érotique, ou des scènes érotiques dans des livres d’aventures ou autre ont toujours existé mais disons qu’à présent les jeunes femmes sont réellement la cible des maisons d’éditions alors qu’avant, ces livres s’adressaient à une cible plus large ou plus âgée et ce n’était pas forcément le centre du livre (par exemple, les Enfants de la Terre, de Jean M. Auel a énormément de scènes érotiques – dans un tome toutes les 50 pages parfois – mais ce n’est pas le propos principal de la saga).
    Je pense qu’à présent, c’est devenu limite une revendication : « je lis ce livre pour les passages chauds » et on tombe dans le Cinquante Nuances de Grey et autre Beautiful Bastard. Alors qu’After, je la qualifierai de romance adulescente, ça fait partie du tout et ce n’est pas que ça.
    Je ne sais pas si je suis claire, mais je trouve qu’il y a une légère marge entre les deux, du moins, je ne mettrai pas After dans la même catégorie que Grey du tout. Pourtant sur le papier, ça a l’air d’être plus ou moins la même chose, mais je ne sais pas, il y a quelque chose qui fait qu’ils ne sont pas à mettre ensemble.

    J'aime

    1. After a été inspiré par l’auteur de la romance adulte. Les médias l’ont baptisé dans la catégorie érotisme. C’est clair que l’on ne peut pas comparé 50 nuances avec After. Je suis d’accord avec toi de le qualifier de romance adulescente. Ce que j’aime bien c’est que la différence se voit. Les personnages ne sont pas entremêlés par le sexe a tout va comme dans 50 nuances. L’histoire prend une place entière dans le roman. Ce qui n’est pas le cas du roman de E.L James. Et pourtant la presse les ont mis dans le même sac. Ce qui permet de voir qu’il y a une certaine évolution du genre « adulte – érotique » et que je préfère le genre After que l’autre. 🙂 Merci pour ton commentaire

      J'aime

  2. Je suis ravie de voir que tu as pu changer d’avis sur la littérature érotique. Personnellement je j’ai jamais eu de soucis ou de honte à ce niveau mais je trouve en effet que les gens sont plus ouverts à ce genre littéraire à présent, et ça se voit dans les rayons de nos libraires !

    De mon côté, comme beaucoup, je suis juste un peu fatiguée de devoir lire 10 livres pour réussir à tomber sur 1 correct… C’est le gros soucis de ce genre littéraire, selon moi.

    Super article en tout cas ^^

    J'aime

  3. C’est marrant que tu postes ça maintenant. Je me suis lancée dans le genre avec ma PAL spéciale saint-Valentin, et je découvre ce genre totalement inconnu pour ma part (en roman érotiques, je m’étais arrêtée au marquis de Sade !).
    En ce moment je lis After de Anna Todd, et contrairement à toi, je trouve cela un peu cliché. Il y a, c’est vrai, une grosse partie sur les caractères des personnages, mais ils restent assez stéréotypés. Mais tant pis, car les clichés, ça fait du bien mine de rien.

    Je pense également exposer ma vision des choses sur les romans du genre sur mon blog, merci pour cette inspiration.

    J'aime

  4. J’ai lu 50 nuances de Grey car comme toi, ça faisait le buzz et je me disais que je passais à côté d’un truc énorme. Résultat : Le premier était sympa, je me suis arrêtée en plein milieu du 2nd, ça m’a saoulé. J’ai bien essayé la saga Beautiful et ça m’a saoulé. Bref, aujourd’hui, on me conseille d’autres sagas mais j’avoue ne pas avoir trop envie car comme dit Erika, on en lit 10 pour en tomber sur 1 correct ^^.
    Par contre, j’ai lu All I want for christmas d’Emilie Blaine que je pensais qu’elle était une auteure de ce genre-là et j’ai été agréablement surprise. Oui, il y a des scènes de sexe assez explicite – sans être vulgaire – mais ce n’est pas le propos du roman qui lui est de raconter une histoire d’amour. Ca ca m’a plu et ça ne me dérange pas.

    Bises

    J'aime

  5. Bon, ça va je ne vais pas passer pour la « fille en manque ». ^^

    J’ai découvert l’érotisme dans les livres, à travers les scènes un peu plus sensuelles dans les Harlequin que je piquais à ma grande soeur (Je ne dirais pas mon âge à ce moment là ^^).
    Puis je suis tombée sur le Marquis Sade (Oh mon dieu! Oh mon dieu!), sur Anne Rice, et d’autres titres que je n’ai plus en tête.
    D’ailleurs, on s’échangeait entre amies, les livres un « peu chaud » (il y’avait même une qui soulignait les passages!).

    Ce que je veux dire, il y’a toujours eu de la romance avec des scènes érotiques mais ce n’était pas aussi visible qu’aujourd’hui. Tant mieux d’ailleurs mais le problème est que tu as de nombreux auteurs qui sont rentrés dans la brèche et on se retrouve avec des livres médiocres avec le même scénario comme tu le soulignes.

    Pour ce qui est de 50 nuances de Grey, je n’apprécie pas la série. Pour moi, c’est juste un mec qui a un problème relationnel avec les femmes et passe par le sadomachisme et la domination pour le résoudre au lieu d’aller voir un psy! Il m’irrite tellement ce personnage que je lui aurai mis un coup de talon là où je pense et étranglé avec sa cravate « Grey ». Violente moi ? Non!

    Bref, j’ai toujours lu de la romance érotique depuis des années et je continuerai encore quand je serais une vieille mamie dans son fauteuil :p

    J'aime

    1. Non t’inquiètes pas tu ne passes pas pour une fille en manque ! Je ne connais pas ces livres c’est vrai que je m’y suis bien mise depuis le buzz de 50 nuances. En soi, la découverte de sa pratique est choquante mais le fait qui puisse changer pour elle m’a permise de continuer le livre. Si tu as des suggestions à me faire dans ce genre littéraire je prends 🙂 Bonne journée !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s